Les Saisons de Lili : Épisode 8

8.


© 2020 : Anne Vassivière

Dimanche 07 mars 1982
4 heures du petit matin. Wouawww !

Ben en fait c’était hier, le mariage. En fait c’était tout à l’heure puisque pour une fois on s’est couchés super tard. Les mariés m’ont avoué qu’ils se seraient bien passés de se marier si ça n’apportait pas certains avantages dans notre société pourrie. Je portais la nouvelle robe bleue indienne et un jupon qui dépassait. Et des bottes, parce que j’ai trop honte de pas avoir les jambes bronzées. Finalement la robe et les bottes ça fait un super genre. Et avec mes cheveux frisés (très naturellement grâce à la coiffeuse bien sûr, mais ça, je l’ai dit à personne), j’étais pas mal. Évidemment, ma cousine portait que de la marque, cette prétentieuse. Elle est pourrie gâtée. La preuve : elle a tous les collants en lycra et les fuseaux et les guêtres qu’il faut pour faire de l’aérobic. En plus elle a le droit de faire des boums et elle m’invite jamais. Remarque, heureusement : j’ai pas du tout envie d’y aller. De toute façon, moi je préfèrerais aller aux soirées folk organisées par les élèves du lycée. Il parait qu’il y en a deux, un couple (!!), qui a même un appartement (!!) dans le centre (!!) de notre petite ville. Leur propre appartement !! Ils s’appellent un truc bizarre genre Do et Da, ou le contraire. J’ai tellement hâte d’être au lycée pour que ma vie commence enfin !!!!
Au mariage, la mariée était superbe et le marié aussi, mais la mieux de tous c’était l’arrière-grand-mère qui pour la première fois depuis sa jeunesse (je crois) s’était fait faire une mise en pli. A 92 ans elle a encore bon pied bon œil comme on dit et elle a grimpé les grands escaliers de la mairie. Elle était super avec ses cheveux qui faisaient des petites vagues toutes blanches. Et aussi avec sa nouvelle vieille robe. Moi, j’avais vraiment l’air d’une baba cool cradoque, à côté d’elle !
La grande super grande énorme nouvelle, c’est qu’en descendant l’escalier j’ai croisé un mec superbe et qu’on s’est dit Bonjour. Il était 2 heures 35 environ. Je ne l’avais encore jamais vu mais durant l’instant où je l’ai vu, ses yeux perdus dans ses cheveux fous et sa barbe dorée m’ont laissé des éclats de lumière dans les miens. J’étais éblouie. En plus, son costume était en harmonie avec les couleurs chaudes qui se dégageaient de tout son être et ça lui donnait une allure sérieuse et mystérieuse mais surtout un peu folle et vraiment attirante. Un peu comme celui qui chante Gaby. Dans la grande salle on a fait des super parties de flipper et de babyfoot en attendant le repas. A table, j’étais assise en face de ma cousine, elle chipotait avec sa nourriture et faisait la tête à tout ce qu’il y avait de super bon à manger dans son assiette. Heureusement, moi je voyais la super belle tête du beau mec en biais sur l’autre partie du U que formaient les tables. Après la pièce montée, je suis allée aux toilettes pour vérifier à quoi je ressemblais avant d’aller danser avec Daniel (C’est son nom ! C’est super beau comme nom !). Y avait quelqu’un qui faisait un bruit pas possible de vomi dans une des toilettes et j’ai demandé si ça allait, et là j’ai vu que c’était ma cousine. C’était elle et à la fois elle avait pas du tout l’air prétentieux de d’habitude, elle avait une tête toute bizarre. Elle s’est passée de l’eau sur la bouche et sur tout le visage et puis elle m’a fait jurer de ne rien dire à sa mère ma tata. J’ai juré et puis j’ai couru pour rejoindre Daniel et on a beaucoup dansé tous les deux et on a aussi parlé. C’était très intéressant de parler avec lui, et même plus : enrichissant !
En tout cas il est super d’accord que La danse des canards c’est une super merdasse. En fait on est d’accord sur tout, c’est vraiment dingue ! C’est un super chic type et en plus il est vachement canon. Il m’a donné rendez-vous à 14 heures au bar Le Bon Accueil de ma petite ville trois jours après le mariage. J’ai eu hâte de le revoir toute la soirée même quand il était là ! Il est extra chouette. Il a 32 ans mais il a pas l’air vieux et il est marié mais sa femme a pas pu venir au mariage mais je me rappelle plus trop pourquoi.

Le même jour mais 7 heures du soir.
Comment imaginer que j’aurais très bien pu ne jamais rencontrer Daniel ?!?!?! C’est affreux de penser qu’on aurait pu ne jamais se rencontrer ! Il y tant de personnes autour de nous dans la rue, se faufilant partout comme des milliers de rats ! En fait, qu’est-ce qui nous distingue des rats ?! Quand je regarde les gens du collège, je me dis : rien ! Rien ne les distingue des rats ! Quand je serai au lycée tout va changer. Heureusement !
Et aussi, heureusement que ce mariage a eu lieu, finalement ! Tant pis si c’est encore une victoire de cette société pourrie !
Il faudrait toutes les connaitre, ces milliers de vies, ces milliers d’aventures ! C’est là qu’on s’aperçoit qu’on n’est rien et qu’on est tout, banale et originale, une goutte d’eau dans l’océan, petit noyau pourri de notre petit monde pourri. Oui, la vie est trop peu longue mais n’oublions pas qu’elle n’est qu’un bien perdu quand on ne l’a pas vécue comme on aurait voulu… J’ai vraiment tellement hâte de faire de la philo au lycée !

Lundi 08 mars 1982,
2 heures 22 de l’après-midi

La lycéenne super sympa et super intéressante que j’ai rencontrée derrière la grille à la récrée, elle m’a dit que le prof de philo du lycée est super nazebroc mais que la philo c’est vraiment vraiment super chouette.
Aujourd’hui en tout cas, tout s’appelle Daniel, et comme aujourd’hui est fait d’hier et autant de demain, et que là, c’est plutôt l’après-midi, après après-demain (le jour du rendez-vous avec Daniel) ça va vraiment être super ! Aujourd’hui tout s’appelle Daniel, moi-même je suis tout entière Daniel et sa chaleur se répand dans toute mon âme.

Mardi 09 mars 1982
22 heures 22 du soir

En plus, aujourd’hui je vois des 2 partout dès que je regarde l’heure ou même autre chose !! C’est sûrement un signe!

Mercredi 10 mars 1982
J’oublierai jamais cette date. (Et en plus il fait super beau !)

Il est 3 heures 02 : Daniel vient de me déposer sur la route qui mène chez les parents. J’avais dit à ma mère que j’allais voir une copine pour justifier ma sortie en ville. On avait rendez-vous à 2 heures au bar Le Bon Accueil mais moi je suis partie à 1 heure 30 car je voulais être un peu en avance. Je suis arrivée là-bas à moins 20. Je suis rentrée dans une cabine téléphonique pour faire semblant de téléphoner (de toute façon j’avais pas de pièces et personne à appeler). En fait je voulais observer tranquillement par où il arriverait. Sur le parking en face du bar il y avait une camionnette blanche avec quelqu’un à l’intérieur mais je n’y suis pas allée parce que je n’étais pas sûre que c’était lui et puis de toute façon quand on est une fille il parait qu’il faut se faire attendre. Puis il est sorti de cette camionnette et j’ai tourné la tête pour voir si c’était lui : c’était lui. Il a traversé la rue en souriant. Moi aussi. On s’est fait la bise. La biiiiise !!
On s’est dit « Ça va ? » en même temps, c’est dingue !
A l’intérieur du bar il y avait plein de monde (c’était la première fois que j’y entrais). J’espérais que des gens du lycée m’y voient avec lui (surtout pas des idiots du collège !!!) et surtout la lycéenne super sympa et super intéressante, mais il n’y avait aucune tête que je connaissais. (juste un monsieur qui travaille à la ville et à qui les parents disent bonjour quand on le croise. Ça craint. Ça m’a pas mise très à l’aise mais je suis certaine que Daniel ne s’en est pas aperçu parce que j’ai vraiment fait celle qui a l’habitude.) Daniel m’a payé un super bon jus de fruit mais j’ai pas pu tout finir parce que j’avais trop de trucs à lui raconter. On a commencé à parler du mariage puis d’autres choses assez diverses. C’était très intéressant. Il parait qu’en me voyant la première fois au mariage, tout au début, il s’est dit « Voilà encore une bêcheuse. » J’espère (en fait j’en suis sûre) qu’il n’est pas resté sur cette impression-là. En tout cas ça m’a fait rire tellement fort que tout le monde dans le bar s’est retourné pour me regarder ! (Évidemment je ne lui ai absolument pas dit que j’étais encore au collège !)
Vers 3 heures 20, il m’a reconduite près de chez les parents. C’était vachement chouette mais vachement trop court. Il m’a filé son numéro de téléphone mais je ne sais pas quand je l’appellerai parce qu’il faudra que ce soit à un moment tranquille où il n’y a pas les parents à la maison. Ou alors faudra que je me débrouille pour avoir plein de pièces pour l’appeler d’une cabine sur le chemin du collège. Faudra que j’ai plein de monnaie parce que ça serait vraiment débile de finir notre super conversation par un truc idiot genre ça va couper, j’ai plus de pièces ! Il me prendrait pour une super débilos.
Maintenant, c’est le luxe chez moi parce qu’on a deux téléphones. Mais je peux pas utiliser celui du bas parce qu’il est pile poil dans la salle à manger alors tout le monde entend tout ce que je dis. Celui du haut est beaucoup mieux parce que si on tire le fil au max, on peut parler dans un petit coin du couloir. C’est de là que je bigophone ma meilleure amie et que ça dure deux heures et plus, et que ça fait pester ma mère quand elle reçoit les factures de 400 francs ou parfois plus. J’ai honte de faire dépenser ça à ma famille et j’essaie de me limiter mais on a tellement de choses super importantes à se raconter, avec ma meilleure amie, que toute la journée ensemble au collège c’est jamais assez. Surtout depuis cette aventure extraordinaire avec Daniel.
Moi aussi je lui ai donné le numéro de chez nous mais je sais pas comment il va faire si c’est les parents ou la petite sœur qui décrochent.
J’espère que c’est Daniel qui m’appellera en premier. Ma meilleure amie dit qu’il ne PEUT PAS ne pas m’appeler dans la semaine. Elle dit ça parce qu’il est arrivé en avance à notre rendez-vous et aussi parce qu’il a attendu dans sa camionnette, et ça, elle dit que c’est super bon signe. De tout façon on a décidé que passé ce délai, ce serait moi qui appellerai. Du coup on a cherché tout ce que je pouvais dire à sa femme ou à son fils si jamais c’est eux qui décrochent quand j’appelle : je dirai que c’est une erreur ou alors je raccrocherai très très vite sans rien dire. On l’a déjà fait, avec ma meilleure amie, quand on avait trouvé le numéro de téléphone d’un garçon du lycée qu’elle aimait bien l’année dernière. On l’avait trouvé dans le bottin et elle l’appelait juste pour entendre sa voix quand des fois c’était lui qui décrochait. Moi, j’écoutais à l’écouteur parce qu’elle voulait pas le faire toute seule au cas où ça tournerait mal. Mais les parents du garçon ont fini par se mettre sur la liste rouge. Peut-être qu’on n’aurait pas dû les appeler après minuit quand elle m’invitait à dormir chez elle le week-end.
Quand Daniel me téléphonera, je vais essayer d’oser l’inviter à venir me voir jouer dans la pièce de théâtre de l’atelier du collège. Mince, si je fais ça il va savoir que je suis encore au collège, même si c’est en dernière année, ça craint du boudin.
J’espère vraiment qu’il m’appellera vite parce que j’en peux déjà plus d’attendre. Je voudrais aussi lui demander où je pourrais lui écrire. J’ai très envie de lui écrire des longues lettres avec des poèmes dedans. J’espère aussi (oui, je sais, je sais, ça fait beaucoup d’espérance et d’espoir) qu’il a été relativement content de me voir au café et que je ne l’ai pas trop ennuyé avec mes histoires.

A suivre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s