L’autrice

J’ai grandi dans le Massif Central au sein d’une famille marquée par de forts modèles féminins aux parfums de lait fumant, de blés mûrs et de charbon.
Des études de langues m’ont donné le goût des mots. La succulence rock’n’roll de Shakespeare, la structure rassurante de l’allemand, la généreuse rondeur du russe.
Théâtre, peinture et poésie furent mes premières amours artistiques.
Je leur suis restée fidèle.
Chez Chéreau, Koltès, Klimt, Rossetti, Bashung, Baudelaire, on rencontre la même magie, celle qui fait vibrer nos âmes saisonnières.
La saveur des lettres manuscrites portées par le facteur, me manque.
Il fait partie des visages du passé que je n’ai jamais oubliés.
Ma main laboure de vilaines feuilles de papier qu’on appellerait mauvaises herbes si elles vivaient dans un jardin.